• Nos valeurs

    NOS VALEURS : 

    Humanisme
    - La raison d’être de la CFE-CGC en tant que syndicat est d’abord d’être garant du respect et de la dignité de l’Homme.
    - Croire en l’Homme aujourd’hui, c’est, pour nous, prôner le retour à l’économie réelle contre la société du « tout pour le fric ».
    - Notre humanisme est une ambition qu’il s’agit de faire partager dans l’entreprise et à tous les niveaux de la société.

    Responsabilité
    - La première de nos responsabilités syndicales consiste à affirmer la suprématie de la volonté sur les contraintes, c’est à dire revendiquer le droit à une utopie responsable; nous pouvons être les acteurs d’une société meilleure.
    - Tout comme nous réclamons que l’entreprise conjugue profitabilité et responsabilité sociale, nous réclamons pour les cadres un droit à la reconnaissance et au respect à hauteur de leur devoir de compétence.
     

    Liberté
    - La liberté est la pierre angulaire de nos valeurs. Cette liberté, nous l’entendons au sens du respect de la libre entreprise, mais aussi et d’abord comme un refus de tout déterminisme, qu’il soit social, politique ou économique.
    - La liberté, ce n’est pas de subir comme une fatalité l’environnement économique mais au contraire d’être le moteur de son changement.

    « Subir, c’est ne rien faire ; agir, c’est être libre. » 

    Professionnalisme
    La CFE-CGC est à l’image de ses adhérents : responsable et combative, elle sait anticiper et prendre des initiatives.

    Ethique
    - La CFE-CGC reconnaît pleinement la notion d’éthique.
    - La recherche du profit ne peut pas être le seul moteur d’une Société.
    - Il est de notre responsabilité de construire une éthique d’entreprise, faite de transparence, du respect de l’environnement naturel et social, selon une logique de développement durable.
    - Pour bâtir cette éthique, la CFE-CGC vise à faire adopter par les entreprises une norme éthique du type « ISO9000″.

    Hiérarchie
    - Tout homme doit pouvoir mesurer et recevoir le prix de son effort. La CFE-CGC défend une juste hiérarchie des fonctions et des salaires.
    - Elle est attachée à la notion d’égalité des chances, elle entend favoriser l’aspiration des salariés et des citoyens à plus de responsabilités et d’initiatives.
    - Le concept de hiérarchie est fondé sur la compétence, la connaissance et la responsabilité.
    - L’accès à tous les niveaux de hiérarchie doit être ouvert à tous.

      

    NOTRE VALEUR AJOUTÉE : 

    La CFE-CGC est constituée d’un réseau de militants présents sur l’ensemble du territoire et dans toutes les branches d’activités au travers des fédérations, syndicats et unions territoriales.
    Leur objectif général : défendre la place, les intérêts et l’avenir des salariés qui partagent les mêmes principes et valeurs.

    Nos principes d’action :
    - La combativité
    Notre combativité, c’est agir pour le plein emploi et la régulation du marché. Notre combativité est synonyme de réactivité sociale et de rapidité d’action. Elle ne se limite pas à la critique stérile : tout refus de notre part se traduit en force de propositions. Notre combativité, c’est aussi savoir user à bon escient des rapports de force.

    - L’implication
    La CFE-CGC est un syndicat de conviction. L’adhésion constitue un engagement réciproque entre le syndicat et son adhérent.>> L’implication du plus grand nombre est un gage d’efficacité.

     - La représentativité
    La CFE-CGC est un syndicat spécifique, dédié à la défense de tous les salariés qui se reconnaissent dans ses valeurs. Si la représentativité de la CFE-CGC repose sur les résultats aux élections, elle dépend également du nombre de ses adhérents et de la qualité de ses militants.
    La représentativité réside aussi dans sa présence active partout où se construit la vie sociale, en France comme en Europe.

    - Le pragmatisme
    Marquée dès l’origine par le refus de toute idéologie, la CFE-CGC condamne les dogmes. Elle est porteuse de solutions en faveur de ses adhérents.
    Chacune de nos interventions a pour but d’obtenir une solution en cohérence avec l’ensemble de nos prises de position.
    C’est ce même pragmatisme qui nous permet de mener parfois des actions communes avec d’autres syndicats, toujours au nom d’un  syndicalisme constructif.

    - L’indépendance
    Notre indépendance est constitutive de notre légitimité. Elle est aussi bien politique qu’économique et sociale.
    Notre indépendance est aujourd’hui pleinement reconnue, tant par les pouvoirs publics que par les instances patronales.
    (source : www.cfecgc.org)

      

    SE SYNDIQUER - Pourquoi pas vous ?

    Si à la lecture ci-dessous de ces dix raisons pour ne pas se syndiquer, vous avez esquissé au moins un sourire, si vous vous êtes dit une seule fois «ils ont raison», ou si vous vous êtes laissés aller à penser «se syndiquer, tiens … Et pourquoi pas ?»…  alors, il est encore temps d’avoir une discussion avec votre délégué CFE-CGC ! 

    Raison 1 = LES SYNDICATS, C’EST RINGARD !
    Si vous pensez que les syndicats ne sont pas adaptés aux problèmes de notre époque, alors il ne tient qu’à vous pour que ça change. Comment ? Eh bien la meilleure façon, c’est d’y adhérer en masse et ainsi vous aurez tout le poids nécessaire pour modifier ce que vous trouvez ringard. Et croyez-le ou non, à la CFE-CGC, nous sommes preneurs !

    Raison 2 = JE N’AI PAS LE TEMPS
    C’est sûr, on n’a jamais le temps. Sauf que, quand on a un problème, on est content de trouver un syndicaliste qui a le temps de vous aider. Au fait, vous êtes-vous demandé comment il fait, lui, pour le trouver, ce temps qu’il vous consacre ?

    Raison 3 = CELA RISQUE DE NUIRE A MA CARRIÈRE
    La seule chose qui puisse nuire à une carrière, c’est le manque de compétence ou la faute professionnelle. Si vous vivez honnêtement votre appartenance syndicale et votre rôle de syndicaliste, comme c’est la règle à la CFE-CGC, personne ne vous en fera grief, au contraire.

    Raison 4 = C’EST TROP CHER
    La cotisation à un syndicat, c’est comme une assurance auto : ça coûte cher jusqu’au jour où on a un accident. Et dans la vie professionnelle, qui peut jurer qu’il n’aura jamais d’accident ? Alors, quand on peut assurer une auto, on peut assurer sa propre personne pour moins cher en se syndiquant. D’autant plus que la cotisation syndicale, elle, est déductible des impôts à 66%.

    Raison 5 = JE PRÉFÈRE TRAITER DIRECTEMENT AVEC MA HIÉRARCHIE
    Tant mieux, mais il se peut que la hiérarchie en question refuse de vous écouter ou vous écoute sans vous entendre. Dans ces cas-là, rappelez-vous que l’union fait la force et ce n’est pas qu’une devise sur les armoiries de la Belgique…

    Raison 6 = LES SYNDICATS SONT POLITISÉS
    La CFE-CGC, pour ne parler que de lui, défend les intérêts professionnels et sociaux des salariés qu’il représente, par ses compétences économiques et sociales à l’exclusion de toute considération politique (comme d’ailleurs philosophique et religieuse). Nos militants viennent d’horizons différents et la couleur d’un gouvernement n’a jamais été un frein pour lui dire ses quatre vérités, quand nous estimons sa politique néfaste pour le salarié.

    Raison 7 = DÉFILER DANS LA RUE EN HURLANT DES SLOGANS, CELA NE ME DIT RIEN
    Et vous seriez surpris de savoir qu’un syndicat emploie ses délégués à bien d’autres missions : juge prud’homal, conseiller du salarié, administrateur salarié, membre de la commission départementale de la prévention routière, de la commission des titres, de la commission nationale de la formation au sein de l’Education nationale… Voilà quelques rôles pour lesquels la CFE-CGC est mis à contribution.

    Raison 8 = LES SYNDICATS TRADITIONNELS SONT TROP MOUS
    Ce n’est pas dans nos habitudes de casser du Mac Do, de faucher du transgénique, de conspuer patrons et ministres en les mettant dans le «tous pourris». A la CFE-CGC, nous préférons construire. Car, une fois que nous nous sommes bien défoulés à tout casser, il n’est pas sûr du tout que nous soyons en meilleure situation ensuite.

    Raison 9 = JE NE VEUX PAS M’ENGAGER
    Quelle tentation de se dire : «je suis au-dessus de la mêlée !». Mais c’est trop tard, dès la signature de votre contrat de travail, vous vous êtes engagé. Après, vous avez le choix entre subir sans broncher ou vous associer à ceux qui ont les mêmes problèmes que vous et qui se sont donnés les moyens de réagir et d’agir ensemble dans les situations difficiles.

    Raison 10 = CE SONT LES LEADERS QUI DÉCIDENT ET LA BASE DOIT EXÉCUTER
    A la CFE-CGC, nous ne sommes pas un syndicat où des chefs balancent des mots d’ordre que la base militante doit appliquer sans discuter et sans réfléchir. Les armes favorites de la CFE-CGC, que sont le dialogue, le compromis, la concertation et la négociation, et qui ont permis de gagner bien des combats dans les entreprises, font foi au sein même du fonctionnement de la CFE-CGC. Mais si vous préférez croire le contraire, vous êtes libres !