• Nouvelles règles RTT - 2 types de cadres ?

    NOUVELLES REGLES RTT

    Va-t-on vers deux types de cadres ?

     

    Vous avez découvert la note de service 051 relative au temps de travail des cadres. Elle demande d’opter entre deux modalités d’organisation du temps de travail :

    -            un mode de droit commun comportant 26 jours de RTT et un maximum de 84h (= 12 j) de récupération (que les services sont priés d’accorder avec la plus grande parcimonie)

    -            un mode dérogatoire à 10 jours de RTT et 168h (= 24j) de récupération ; ce second système, entièrement basé sur la confiance ne comporte pas de badgeage. Précisons que le compteur de récupération n’a pas vocation à se généraliser. Il n’est donc que théorique.

     

    Il y a donc un système qui fonctionne sur la base de la confiance totale, dans un monde idéal, et où les missions semblent primordiales. C’est le régime d’exception, en principe destiné à la haute hiérarchie. Mais que se passera-t-il si un grain de sable en vient à gripper la confiance ? De quelle arme disposera le cadre qui aura accepté ce mode ? Comment par exemple sont contractualisées les missions par rapport aux moyens pour éviter tout débordement dans un sens comme dans l’autre ?

     

    A côté de cela, il y a le système de droit commun, avec des contraintes bien plus rigides que celles que nous avons connues jusqu’ici. Ce mode, archi-règlementé laisse de nombreuses questions pratiques sans réponse. Mais surtout, il donne l’impression de privilégier la gestion administrative des horaires (formulaires, signatures, calculs rigoureux, jours fixes etc.) par rapport aux missions, au point de déresponsabiliser les collègues qui, pour mener à bien leur travail, auraient simplement besoin d’une parcelle d’autonomie dans la gestion de leur emploi du temps. Système rigide, scolaire, qui fait davantage penser à une gestion des ouvriers sur une chaine de production qu’à des cadres qui se voient attribuer une parcelle de responsabilité par la collectivité qui les a recrutés.

     

    Entre les deux, un immense fossé. Recrée-t-on un nouveau plafond de verre ? Curieusement, on entend dire que les cadres féminins de niveau 3 sont très largement minoritaires par rapport à leurs homologues masculins. Est-on en train de créer une catégorie de cadres supérieurs à côté d’une catégorie de cadres infantilisés ?

     

    C’est la lecture que nous faisons de ce nouveau dispositif. Nous avons toujours été favorables au badgeage des cadres pour éviter les abus en tous genres. Mais cela ne doit pas se faire au détriment de leur autonomie en toute responsabilité.

     

    Nous sommes hyper-méfiants devant le régime dérogatoire qui suppose l’abandon de la sécurité objective du pointage ainsi que de 16 jours de RTT, prix de la souplesse, qui ressemble fort à un « ticket d’entrée » pour prétendre faire partie de la catégorie supérieure.

     

    Mais nous sommes persuadés aussi que la rigidité du système de droit commun conduira rapidement à des blocages ou des frustrations.

     

    Il ne vous reste malheureusement plus que peu de temps pour choisir entre les deux !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :